Voyager, c'est vivre

Voyager, c'est vivre

Gustave Nadaud (1820-1893) est un poète, chansonnier et goguettier français. Il compose des chansons populaires, drôles et engagées. Certaines sont publiées dans des journaux, d'autres censurées, à l'image de Pandore ou les deux gendarmes, jugée trop irrévérencieuse.

Une de ses chansons, Le roi boiteux, reflète l'esprit satirique utilisé par Nadaud :

Un roi d’Espagne, ou bien de France,
Avait un cor, un cor au pied ;
C’était au pied gauche, je pense ;
Il boitait à faire pitié.

Les courtisans, espèce adroite,
S’appliquèrent à l’imiter ;
Et qui de gauche, qui de droite,
Ils apprirent tous à boiter.

On vit bientôt le bénéfice
Que cette mode rapportait ;
Et, de l’antichambre à l’office,
Tout le monde boitait, boitait.

Un jour, un seigneur de province,
Oubliant son nouveau métier,
Vint à passer devant le prince,
Ferme et droit comme un peuplier.


Tout le monde se mit à rire,
Excepté le roi, qui, tout bas,
Murmura : « Monsieur, qu’est-ce à dire ?
Je crois que vous ne boitez pas ?

— Sire, quelle erreur est la vôtre !
Je suis criblé de cors ; voyez :
Si je marche plus droit qu’un autre,
C’est que je boite des deux pieds. »

 
Ajouter un commentaire